Choeur Vivaldi - Delémont

Partenaires

jura.jpg
qj.jpg
logo loisirs-casino.jpg
lromande.jpg
rfj.jpg
Historique

1983 – 1993 : John G. Mortimer

Fondé en 1983 à Delémont par John Glenesk Mortimer, compositeur et musicien écossais alors chef de l'Orchestre de Chambre Jurassien, le Choeur Vivaldi connut rapidement un grand succès. Grâce à l’impulsion et à l’enthousiasme de son directeur, les choristes eurent l’occasion de découvrir un vaste et riche répertoire allant de la musique baroque aux créations contemporaines, avec le Gloria en Ré d‘Antonio Vivaldi en 1983 (d’où le nom du Chœur), la Missa di Gloria de Giacomo Puccini en 1984, le Stabat Mater de Giacomo Rossini en 1989, l’Ave Maria de Gaetano Donizetti en 1990 ainsi que deux compositions de John G. Mortimer : l'oratorio Le Sang de la Communance en 1989 et, en 1990, la cantate Cantus Mariae.

Parmi les nombreuses autres œuvres interprétées durant toutes ces années, mentionnons les Requiems de Wolfgang A. Mozart, de Johannes Brahms et de Gabriel Fauré ainsi que la Messe en Do mineur KV 427 de Mozart.

L‘opéra fut également à l‘honneur avec, en 1986, la version de concert de Nabucco de Giuseppe Verdi, en 1987, la création originale de John G. Mortimer, Tremblement de terre à Santiago, dans une mise en scène de Pascal Rebetez et en 1992, la version concertante du Prince Igor d’Alexandre P. Borodine.

Depuis sa création et jusqu’au départ de John G. Mortimer, le Choeur Vivaldi a été accompagné lors de ses concerts par l’Orchestre de Chambre Jurassien.  Revenant sur cette collaboration fructueuse et amicale, le Choeur Vivaldi a sollicité l’OCJ pour les concerts de son 30ème anniversaire.

 


1994 –1997 : Pierre von Gunten

Sous la direction du chef biennois Pierre von Gunten, le Choeur Vivaldi a travaillé deux oeuvres de grande ampleur, le Requiem d’Anton Dvorak et la Grande Messe en Fa mineur d’Anton Bruckner. En 1997, un programme varié fut présenté avec des extraits des Vêpres de Sergei Rachmaninov et une création du compositeur prévôtois Roger Châtelain, L’Oiseau bleu, d’après un conte jurassien réécrit par Edith Montelle.

 


1998 – 2006 : Marc-Olivier Oetterli

Dès le printemps 1998, la direction du chœur fut confiée à Marc-Olivier Oetterli. Son premier projet à la tête de l’ensemble fut le Stabat Mater de Karol Szymanovski et la Messe en Do de Ludwig van Beethoven. En 2000, des extraits d’Ivan le Terrible et d’Alexandre Nevsky de Serge Prokofiev ont été interprétés avec la projection simultanée des extraits des films de Serge M. Eisenstein.

En 2001, un nouveau défi a été relevé avec la présentation de deux concerts différents sur une période de quatre jours. Un premier concert avec la version concertante de l’opéra Orphée et Eurydice de Christophe W. Gluck et un second avec la Fantaisie pour piano, chœur et orchestre de Ludwig van Beethoven, Nänie de Johannes Brahms et Des Sängers Fluch de Robert Schumann.

Le thème de la nuit a inspiré le programme des concerts 2002 du Chœur qui  a interprété Lelio ou Le Retour à la Vie d’Hector Berlioz, mis en espace par Gérard Demierre, Nuit, une création de Istvan Hajdu et Die Erste Walpurgisnacht de Felix Mendelssohn.

En 2003, le Chœur Vivaldi a célébré son vingtième anniversaire avec un voyage en Tchéquie. Dans le cadre de ses concerts d’abonnement, l’Orchestre Philharmonique de Hradec Kralove a invité le Chœur Vivaldi en République Tchèque pour y interpréter la Missa di Gloria de Giacomo Puccini et l’Evangile Eternel de Leos Janacek, œuvres qui ont également été présentées dans le Jura.

Durant cette même année, le Chœur Vivaldi a collaboré à l‘adaptation pour chœur et brass band de l’opéra Porgy and Bess de George Gershwin avec l’Ensemble de Cuivres du Jura, dirigé par Blaise Héritier. Ce concert rencontra un beau succès dans la région ainsi qu’au Paléo Festival de Nyon.

En janvier 2004, le Chœur Vivaldi a chanté en version concertante l’opéra Aleko de Sergei Rachmaninov ainsi qu’un choix de chœurs d’opéras de Giuseppe Verdi. En novembre de la même année, les choristes ont présenté un deuxième concert avec la Messe du couronnement, le Te Deum Laudamus, l‘Exultate Jubilate de Wolfgang A. Mozart ainsi que l’Ave Maria d’Igor Stravinsky.

2005 et 2006 ont été marquées par la Missa pro defunctis de Franz v. Suppé, la Messe solennelle de Sainte Cécile de Charles Gounod, le Cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré. Les choristes ont également interprété La Vita breve de Manuel de Falla.                                                                                                                                          
Rappelons que sous la direction de Marc-Olivier Oetterli, le Chœur Vivaldi a principalement travaillé avec l’Orchestre Philharmonique de Hradec Kralove, collaboration qui s’est avérée des plus enrichissantes.

 


2007 – 2010 : Mark Kölliker

Avec l’arrivée en 2007 de Mark Kölliker, c’est un orchestre plus petit, composé de jeunes musiciens professionnels, les Basler Kammersolisten, qui a accompagné les choristes lors des concerts. En septembre 2007, le Choeur Vivaldi a interprété le Roi David d’Arthur Honegger et en 2008, les Chichester Psalms de L. Bernstein en version originale et le Requiem de Mozart dans la version de Levin. L'année 2009 a été marquée du sceau de J.-S. Bach avec l'interprétation de la Passion selon Saint Jean. A cette occasion, le Choeur Vivaldi a pu compter sur la participation exceptionnelle de l’orchestre baroque Capriccio Basel.

Au cours de l'année 2010, le chœur a proposé deux projets. En février, la Symphonie de psaumes d'Igor Stravinsky et la Messe en La bémol de Franz Schubert et en novembre, un programme résolument contemporain avec le Requiem de Maurice Duruflé et la Messe solennelle de Jean Langlais.

 

 

2011 – 2013 : Lukas Merkelbach

Une nouvelle page s'est tournée en janvier 2011 avec l'arrivée de Lukas Merkelbach. Sous l'impulsion de ce jeune chef dynamique, le Choeur Vivaldi a pris un nouveau départ.

En janvier 2012, une série de concerts sur le thème du Magnificat a démontré de façon éclatante que le Chœur Vivaldi avait réussi à relever un défi de taille, en présentant des œuvres liturgiques de différents styles et de différentes époques, allant de la Renaissance à l’époque contemporaine avec des pièces de Victoria, Schütz, Monteverdi, Mendelssohn et Britten.

En novembre de la même année, soutenus par une formation orchestrale ad hoc, les choristes ont présenté deux oeuvres du répertoire lyrique français: le grand motet Quam dilecta tabernacula de Jean-Philippe Rameau et le Requiem de Gabriel Fauré, déjà interprété en 1990.

 

2013 – 2014 : Rodrigo Carneiro

En avril 2013, Rodrigo Carneiro dirige le Choeur Vivaldi dans la Missa Katharina de Jakob de Haan. Il reprend la direction du choeur en novembre de la même année et accepte d'assurer l'intérim jusqu'à la nomination de Lukas Wanner.

Directeur charismatique et enthousiaste, Rodrigo Carneiro saura faire bénéficier les choristes de son expérience. Ses compétences musicales et sa direction très précise font de lui un chef qui a su mobiliser toutes les énergies pour préparer un programme innovant et varié. C'est en effet la première fois que A little jazz mass de Bob Chilcott est présentée dans le Jura. Lors de ce concert, le choeur a également interprété le Requiem pour Mignon de Robert Schumann, l'Agnus Dei de Samuel Barber ainsi que différents motets de Gabriel Fauré et Anton Bruckner.

 

Depuis 2014 : Lukas Wanner

Voir la rubrique "Directeurs" : ICI